Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mai 2009 6 02 /05 /mai /2009 17:34
Je n'ai pas de comptes à rendre alors j'ouvre - enfin ? c'est une première en tout cas, en direct - un bouquin de Bergson.
Vers quoi, vers qui tout me tend, atavisme et années trente de mon ancêtre maternelle (qui n'était donc pas entiérement du côté de l'amibe), Deleuze, Canguilhem, le traumatisme, les migrations, le SIDA, et tout  l'Autre fracassé que je suis et que je cherche.
J'ouvre enfin Bergson, car aucune oeuvre ne m'attend, matérielle: seule celle du lecteur, en route.
Y sera défini (Les deux sources) ce clos et cet ouvert, cet enfermement et cette ouverture au monde entier que recherchent les mystiques, les "non-coupés".



Moi animal, Moi social, et Moi profond, singulier et universel, "oriental". Survie occupationnelle, social en réseau supravital, mais le symbolique, et la noosphère, en seules réalités ultimes ? Imbrication de ces différents Moi, le social a bien ses racines en nous, il ne nous est pas externe. Tous les soirs le forestier de Kipling se met en habit noir pour "ne pas perdre dans son isolement le respect de lui-même".

Culpabilité originaire, clivage de l'humain, et "le souvenir du fruit défendu". "Sa connaissance à lui (le criminel qui "oublie") subsiste et le rejette de plus en plus hors de cette société" où nous ne pouvons être que des criminels de nous-mêmes: "la société parle à un autre"; "érigeons donc en maxime pratique que l'obéissance au devoir est une résistance à soi-même".


Je n'essaie pas d'effacer le passé:
je m'en sépare,
je l'offre - dans ses élans - au Réel en expansion dont le présent est la source.
Le crime a bien pu être commis,
je n'ai pas de comptes à rendre.
Et "le bonheur de l'homme n'est pas dans la liberté mais dans l'acceptation d'un devoir" (A. Gide) qui enthousiasmait mon tiers-mondisme juvénile n'était qu'un idéal de tranquillité passive au programme.




Face au "souvenir du fruit défendu", on peut se consacrer à rendre des comptes, à se relier socialement, à "recouvrir l'originaire", à sursoir au Réel, à "fonctionner", à se conformer, à se panser, famille, métier, lieu. On peut aussi, si l'on n'est pas né "non coupé" comme les prophètes, se séparer, se cliver (comme Anna Frank retournant le feuillet externe de son coeur vers l'intérieur), vivre "renonçant", Être, penser, ...et garder ses plaies: marcher.

Mais que fais-tu ici ? me demandera-t-il ?
mangi fi rek
, je suis là, seulement, répondrai-je, fier:
 je ne fais pas, je suis.



Bergson est bien un marcheur des marges
(allez, ça, c'est fait)



Enveloppé de radiations concentriques et enchevétrées de relations aux êtres, connecté par la maitri, l'individu est assigné à une position par son dharma;

"Mais notre tendance ne se révèle impérieuse que si nous nous écartons d'elle"; sinon nous n'avons pas conscience du
programme ; il nous faut faire le pas de côté, et "la conscience est cette hésitation même" par rapport au "devoir". Elle est le vrai travail, et douleur.

H. Arendt, dans Eichmann à Jérusalem, ne fit donc que "pirater" Bergson (ou Nietzsche ?) quand elle dit l'a-pensée en mode de fonctionnement du système totalitaire ?


Et si, princesse, on gagnait les "non-écoles" d'Auroville pour préserver l'indiscipline naturelle de ton enfant ?

(à suivre)
( Bergson (2): quand la compassion se départit de la haine )

Partager cet article

Repost 0
Published by panopteric - dans fous de l'Inde
commenter cet article

commentaires