Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 août 2017 6 19 /08 /août /2017 20:32
the left river's bank is so close now...

La mousson est toujours première: ne prévient pas. On pistait le fleuve, on est bien à l'Arche du Tout, il explose, toute la bourgade est là, on se rafraîchit maintenant au vent de cette eau-là, à prendre à la lettre du soir, quand l'éclair reste de l'autre côté de la frontière qui ne masque plus l'autre rive.

Repost 0
Published by panopteric - dans autographe
commenter cet article
21 juillet 2015 2 21 /07 /juillet /2015 19:33
La frontière est la peur formelle, le voyage la libre inquiétude

La frontière est la peur formelle, le voyage la libre inquiétude. Le touriste ne domine rien, mais connaît. Et quelques moments ressentis au plus intense, comme se retrouver trop vite au confluent de deux fleuves et happé par le bateau que l'on n'attendait que peu, les chaussures boueuses et le sac empli de gaufrettes au cacao, hissé dans le flanc du slow-boat alors que sous son chapeau on était encore seul, c'est-à-dire empli des reflets du fleuve, de l'histoire de ce monde jaune, de la plainte du petit garçon mené par son héros populaire de père, du sourire tranquille et joyeux de l'au-revoir un peu déçu de la jeune fille, et que l'on se retrouve subitement foule, c'est-à-dire seul. Je ne pouvais plus m'enfuir, ni, avec le bateau, naviguer; plus ample que toute navigation, la sculpture au monde, elle, est indolore, même quand elle nous chute et perd : elle allège. Elle nous avance vers.

Repost 0
Published by panopteric - dans autographe
commenter cet article
23 juin 2014 1 23 /06 /juin /2014 18:33

P1080823.jpg

Essayer de comprendre ne donne droit ni raison à une philosophie personnelle. Acte exploratoire pur, déjà libéré de l'illusion du monde de nos sens, insensible non pas à sa souffrance mais aux conditions de cette souffrance que sont les autres. Comme un médecin en diagnostic, n'écoutant plus l'illusoire d'une quelconque thérapeutique, cherchant seulement à passer, aidant à passer peut-être, loin l'idée d'une guérison dans cet espace pauvre. Tentant le passage toujours invisible, le sentant, le détourant. Convaincu d'ailleurs, d'une autre permanence, convaincu de la contingence, riant de toutes ces amarres. Un explorateur n'adhère à aucune conduite: libère sa pensée, seul possible face à l'angoisse qui nous obligerait à ces frontières folles et dures. Comme une envie de rire de la peur, comme une conviction d'un inutile qu'il faut traverser, pour donner un reste à tenir à ceux qui restent, à ceux qui passent derrière nous, nous qui cherchons à rejoindre les pierres d'attente du corps premier qui croît (croissance du croire par la connaissance). Espoir du rire : dans cet esprit chacun a sa musique propre, qui rejoint au jamais seul.

Repost 0
Published by panopteric - dans autographe
commenter cet article
13 octobre 2011 4 13 /10 /octobre /2011 08:49

la société est une enveloppe externe le poème est de l'humain mais de son enveloppe interne cette tunique sensible (à vif chez les traumatisés, les mystiques, les fous) viendra le grand retournement ma belle

 

-1.jpg

    photo pelekanda
 

 

Ne m'assomme pas de ta mauvaise volonté. Ta photo est magnifique: ces alvéoles ! Au moins je sais que je peux jeter tout ce qui reste dans la cuisine, et c'est déjà ça de gagné, car j'abandonne l'idée d'avoir tout rangé d'ici samedi, je reviendrai ! je t'adore.

Chéri, sur la photo c'est pas mon jardin, c'est la surface de ton chocolat: j'ai déménagé une trentaine d'asticots... est-tu sûr que je dois faire le gâteau avec ça ???
 
 

        entraîne toi au feu, neige incomprise



                                        voilà c'est fait, atmosphère de grandes vacances à la mer avec cette affluence énorme, les cousins ont repris ensemble ce soir le chemin de la fac
                                        maintenant je compte un peu les heures jusqu'à mon train de demain matin car je suis arrivé dans l'empire du catastrophisme, chute sans gravité, mais qui diminue l'autonomie. malgré tout elle est contente que je soies un peu là.
                                         une vocation de garde-malade, déjà avec mon père puis mon grand-père, difficile de regarder en face la diminution de ses proches.
                                       
                                        Qu'on se le dise.
                                        Jesus
                                        
                                     
                                            Bonne marche sur l'eau...

                                            Subject: Re: bleu balte duende
                                       

                                            m'en fous mon royaume n'est pas de ce monde
                                            et j'y retourne 

 
                                            j'ai dans ma manche mon premier bain pris
                                       

                                                Je t'explique: d'abord on lit ce que tu as fait


                                                 (DANS LA MANCHE, AVEUGLE SELECTIVE) mais le premier bain reste le premier bain où que ce soit. Pour moi c'est de la logique,  pour toi: la mauvaise foi. on est mal barrés, mais on le sait.

                                             
                                                    ça t'a pas fait grand chose, alors
                                                    ah, pauvre de moi

                                             

                                                        Un soir, c'est ce soir. Et puis de tout façon t'es dans la mer...
                                                 
                                                      
                                                        Les mille et une nuits s'installent...

                                                            Les écrits de Roerich m'ont guidé vers un personnage très intéressant : traducteur de Tagore, Hamsun, Ibsen en russe, poète, mystique, ami du musicien-génie Skrabine, et qui s'appelle Jurgis (comme mon fils!): Baltrusaitis.  Il est décédé à Paris en 1944.
                                                            Comme quoi absorbé par cette lecture je ne me suis couché qu'à 1h cette nuit.
                                                            Ce matin nous avons fait un tour à Emmaus où j'ai failli craquer pour une table+4chaises magnifiques. Style art nouveau, très bon état pour 160 euros. Finalement j'ai résisté, mais j'ai comme l'impression qu'il ne fallait pas...
                                                           

                                                         Il dit que la culture c'est la beauté mais la nation (la civilisation en tout cas) la Maya . Sacré explorateur, peu connu en France, tiens...


                                                            
                                                             Nicholas Roerich formulated the principal difference between Culture and civilization. While Culture relates to the spiritual world of man in his creative self-expression, civilization is just external arrangement of human life in all its material, civil aspects. Identification of civilization and Culture, Nicholas Roerich argued, leads to confusion between these two notions, to underestimation of the spiritual factor in the development of humanity.

                                                         

                                                                Cet allemand est un artiste russe en effet. Voici qu'il te salue de Shangri-La et veillera gentiment sur tes rêves. Bisous.

                                                               
                                                                Je n'avais pas vu krisna jouant de la flûte. Sûr que c'est à Jageshwar ... Bonne nuit bébé, comment il s'appelle déjà cet allemand ?

                                                                au lieu d'appuyer chercher à coté tu choisi l'option images

                                                                    bof, je tombe sur un barbu, des églises orthodoxes, et mêmes des jeunes femmes russes à vendre, mais pas sur notre suisse... 

                                                                        Никола́й Константи́нович Ре́рих

                                                                       tu verras l'artiste et ses tableaux qu'on a pas pu voir au musée de Benares...

                                                         le refrain, du mammouth laineux

                                                                      Si j'étais un oiseau, je volerais le ciel
                                                                      Sinon je pourrais être un ours et manger du miel
                                                                      Et aller en Afrique pour voir ce qui se passe
                                                                      Et s'il ne se passe rien, j'irai ailleurs



                                                                         


                                                                            tout est en ordre, un pieu traverse le toit de ta maison
                                                                            
                                                                            mircea eliade

Repost 0
Published by panopteric - dans autographe
commenter cet article
31 août 2011 3 31 /08 /août /2011 13:29


P1020819
La culture n'est pas une idéologie qui s'imposerait de l'extérieur aux individus, mais « la substance et la limite » de leur sens commun1. Contenance, enveloppe, la domination n'est jamais absolue, et déploration et nostalgie s'y révèlent mauvaises conseillères. Parfois nous multiplions nos limites, il n'est plus à terme que des organes, que dès lors nous portons un par un pour soins à  l'hôpital. En d'autres temps, ou d'autres lieux, la contenance enfle et l'on ne la perçoit même plus, cette limite-Maya, et peut-être vivons-nous là le rêve. Mais un cauchemar d'abord: un double vitrage basculant, devant on pose un siège, pour que les assaillants ne puissent profitent  de l'ouverture, c'est la nuit, on se défend, beaucoup nous rejoignent dans cette résistance, mais la peur est là, entrée d'ennemis que l'on ne verrait pas dans l'obscurité, non, dans le noir vraiment, le rêve dit bien dans le noir, comme un enfant, c'est dans un seul dodo, mais ça vient et ça revient. Comme au lycée des seuls garçons où il y a avait un vasistas, ouvert en hiver, pour des assaillantes au-delà de l'espoir, ou peut-être pour des adultes qui entreraient, traîtres obligés, dans cette confrérie dernière et première d'ados. Fermeture, entrée, le rêve est l'impossible de l'état stable, l'impossible du sujet en limite lisse, et dans ce passage voulu et redouté à la fois, dans cet intérieur qui attire et qui apeure, il y a en même temps l'impossible du rapport sexuel et l' appel du troisième de l'amour, celui-là même qui, quand « ça se passe vraiment bien », apparaît sans image, en pure présence, en totale évidence, mais dont on se demande dans le flou d'un après-coup et d'un retour: « qui, quoi? », ce qui-quoi d'évidente présence n'est que Soi enfin amené à existence. Peu de gens existent vraiment. Rêve et culture sans domination, quel est ce lieu entre le travail, qui vide l'âme, et le rien, qui aspire au tout ? L'angoisse envahit l'incertain de cet entre-deux, devoir à quitter et caverne tellement avide de la pensée, mais dont les murs sont encore noirs de rien, de trop, d'oubli, de plus tard, dont les murs maintenant doivent recevoir l'écriture. Déjà, rien n'étant résolu, tout étant posé, comme un enclouage en os long, embrochage, malaise, métaphore sexuelle, le déscellement est possible. Je lui refuse la compassion, à ce Maître de mon âge que je ne suis pas devenu, qui fond en pleurs impudiques au téléphone, sa jambe risque toujours, j'assure la confraternité qu'il me plaque, obséquieux sans doute, lui éjectable par le haut de cette pyramide hospitalière que je dis aborrer parce que je la craignais, que je ne crains plus mais que je méprise, mon angoisse est double, mégaprothèses, quelle chair y-a-t-il vraiment sur cette jambe qui n'est plus que rare et léger métal, sur ce Moi posthumain mais au moins de corps ?

 

 

 

1. L. Jeanpierre, La culture comme jeu de forces, Le Monde, 6 novembre 2009.

Repost 0
Published by panopteric - dans autographe
commenter cet article
2 avril 2010 5 02 /04 /avril /2010 08:27

sinus-G.jpg

 

1950, France

Le futur conjoint se rencontre en moyenne dans un cercle de rayon de 17 km, soit pas tout à fait le premier village, mais le second. Effet bal du 14 juillet, sans doute, effet lycée, aussi, le premier rayon reste celui des copains, et le deuxième déjà suffit au coup de foudre.


2000, France

Faites votre calcul. Et dites moi à combien de rayons. J'ai compté, 1985, 25 km, quelque chose m'a arrêté trop tôt, depuis j'ai bouffé tous les rayons.

Repost 0
Published by panopteric - dans autographe
commenter cet article
7 octobre 2009 3 07 /10 /octobre /2009 18:45
"En Sarkoland, 5% des habitants peuvent lire mon langage, 1% peuvent en rire et 0,1% peuvent s'offrir d'aller plus loin que mon texte. Mais ceux qui me lisent ne savent pas de quoi je parle, et ceux qui passent plus loin que le vrai ne me liront jamais", regrette l'auteur de Septième Vague. Vers l'éclosion. Mais pour qui ? "Il y a là quelque chose de pas très honnête, dit-il. J'avoue que je n'ai pas honte de ça".



Merci à Sujit Saraf (The Peacock Throne) et à Florence Noiville (Le Monde)
Repost 0
Published by panopteric - dans autographe
commenter cet article
5 octobre 2009 1 05 /10 /octobre /2009 19:35
à Monsieur Honoré Bernard, Directeur des Fouilles Archéologiques de Thérouanne

Notes de lecture et archéologie... Vers le blog ultime, unique, instantané,  seule la limite que nous avons accordée au temps... nous y sommes... je n'étais bon qu'à faire les trous, je ne pensais rien, plaisir de l'infime et de l'isolé, attente passive et confiante du grand voyeur, grand organisateur, père, le grand tableau blanc, dépendance au liant, le parement est seulement restitué (car depuis longtemps pillé). Incapacité de remontée, bain d'immanence, la matière était bien au fond du trou, comme la forêt, comme la littérature. "Un livre lu pour vous", avait-il remarqué dans ma copie. Continuité du sacré, pas de construction nécessaire. Etre absent de l'histoire-édifice, mais être au fond de ce qui crée les vagues qui vous porterons.

7 janvier 2007
Mort d'un guru, ca chahute.
Seule la laisse de mer travaille le monde, sans souci de la marée, empreinte-pas.
Des Tegulae d'abord
puis des fragments d'enduits peints
voués (sortis de terre) à la poussière
viendront parfois des monnaies
et enfin bien plus tard,
bien au delà,
si loin de l'humus sommital
-pourtant lui déjà fascinant de son histoire-
reconnu à nul autre pareil par l'Oeil et le Verbe du Maître de Base
bien au delà donc,
le {sol originel}, couche sableuse ocre, granuleuse,  décomposition de l'avant de craie sur laquelle alors s'implanta l'EDIFICE
 {niveau originel ?}{sol originel}{couche zéro}{terre originelle}
Mais comment l'apellait-il déjà, cette consistence et cette couleur que j'atteignai une à deux peut-être trois fois
et que je reconnaitrais depuis, partout et n'importe-où ?
Pas encore argile.

Il la sentait comme une victoire
Sainte Victoire

C'est ce choix là, ce seul là encore, un jour, ce « MOI, Monsieur », le seul MOI de toutes ces années là, pourquoi ce moi, pourquoi ce choix ?
Autour de cette double victoire, victoire de la conquête de l'origine et de l'affirmation, il y a Elle (il y aurait pu avoir).
Autour de cette double victoire, il y a le goût pour l'"en dehors", le "perdu au fond du trou", l'inexploité.
Autour de cette double victoire il y a l'émotion depuis peu retrouvée, chaque fois que j'ai pu descendre dans la crypte où la fondation est à même le roc.
Certain alors d'avoir rencontré ce « refoulé » et agi cette action.
Contestation-certitude que l'ordre se trompe.
Tu n'étais pas chercheur mais senteur d'ailleurs.
Musique à la Montée, montée-descente, esprit sacré, années 70, et veillée
  (la route était prête aux « échecs », autant de sphères à cultiver, et aujourd'hui enfin, à l'orée de mes cartons et de mon sans domicile, va s'emplir l'enveloppe:
 "Vous voyez, mon vieux !!!"
J'avais des briques, j'avais un temple.
Amicalement






Lorsqu'un homme se rend compte
que la nature ne le regarde pas comme important
 et qu'elle sent
 qu'elle n'estropiera pas l'univers en disposant de lui,
son premier voeu est de jeter des briques au temple,
et il déteste profondément le fait
qu'il n'y a ni briques ni temple.

                                                                                                                Stephen Crane
                                       Le bateau ouvert
Repost 0
Published by panopteric - dans autographe
commenter cet article
13 juillet 2009 1 13 /07 /juillet /2009 19:37

Le dépaysement n'exige que la liberté intérieure: ni durée, ni excès.
Même pluie, mais la terrasse traversée a cette ambiance d'oiseaux, d'ailleurs et de léger du temps dégagé.
Et aussi un être-au-monde qui n'est qu'ici.
Désuet du possible, calme du toujours. 
Elle dit ceux qui vivent bien ainsi, et il ne faut surtout pas qu'elle me réponde. 

Se laisser flotter
Mais tout rassembler
C'est bien la condensation
Qui est douloureuse.

Un reste, alors: terrasses, passages, parcs, passerelles.

Repost 0
Published by panopteric - dans autographe
commenter cet article
10 juin 2009 3 10 /06 /juin /2009 16:33


L'Amour est forcément fou
L'Amour ne se construit pas
Qu'est-ce-que j'essayai de faire là ?
L'Amour EST, dès le premier instant, le premier beauté-peau
Il est rasa
Tenteront (ensuite) intellect et sexe
Résistera ensuite, social
Laissez tomber vos sites de seuls mots, virtuels encore, vite, vite !
Elle m'a rendu l'Amour, ne vient pas


Poupées russes: ne soyez ni vexées ni jalouses ni flattées
Tu es une
Tu es





Repost 0
Published by panopteric - dans autographe
commenter cet article