Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 avril 2014 6 05 /04 /avril /2014 14:57

Le Monde des Livres, 4 avril 2014

contrepoint.jpg

L'écriture de M. Duras, comme un secret à lire, et qui se transmettrait, et est-ce bien une question de génération ? Une conception mystique de la parole et de l'écriture, qui en atteignant au silence touche à une vibration à la fois étrangère et intime à soi, qui fait advenir ce qui en soi justement est étranger aux limites de la famille, par son exposition à ces espaces lointains ou étranges. Une conversation brisée par la distance, que le lecteur peut rejointoyer à son propre. Des textes qui font et silence, et tumulte du sacré.

 

 

Une seule écriture qui cherche à dire ne saurait prétendre à gouverner quoi que ce soit. A être en plongée, est entraîné qui veut, qui peut ; l'écriture remonte l'ordre que donne l'écrit : toute phrase en est mystique. Sentiment d'être élargi : dans le village, on ne vit pas entre les rues des morts. Cartes mentales du langage, et non-universalité des concepts en résultante, notre plissage n'est pas homogène à ce qui fut, notre être est toujours à la lisière. La langue est bien mère évolutive, énergie ancrée, et mère culturelle qui sculpte le mental, en retour ; elle est pulsion à la jonction du corps évolutif génétique et du corps culturel. Son refoulement serait-il le constitutif de la pensée ? Alors, cette « mystique » que nous porte le langage n'est qu'émergence / repliements d'une énergie qui se serait là lovée. Lignée animale, la langue n'aurait que 60 000 ans chez sapiens, presque aussi peu que l'écriture... Entremêlement, scandé sans doute de « sauts » évolutifs : pulsion de reproduction des corps, libidinale ; et pulsion du langage, et la reproduction culturelle. S'il n'y a pas de langue chronologiquement originelle, ancestrale, existe-t-il une langue contrepoint (et synchronique) ? (Comment le langage est venu à l'homme, J.-M. Hombert et G. Lenclud). Là où (une certaine) psychanalyse suppose une division interne du sujet, l'oeuvre littéraire devient, s'inspirant de la théorie des univers parallèles associée à l'étude des quanta, un monde intermédiaire entre nos existences plurielles (P. Bayard, Il existe d'autres mondes).

Partager cet article

Repost 0

commentaires