Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 août 2014 4 07 /08 /août /2014 17:12

S7007889.jpg

"Comment penser l'altérité et la souffrance identitaire chez les migrants", se demandent des collègues canadiens, nous faisant découvrir les travaux d'A. Schütz et de sa sociologie phénoménologique, dans un article qui a  l'énorme qualité de refuser "d'emmurer toute la complexité de l'expérience migratoire vécue dans une "catégorie grossière d'identité ethnique", propos qui de nos jours est très réconfortant. Le propre de l'espèce Homo, depuis plus d'un million d'années, est de migrer, de s'approprier des environnements nouveaux; le phénomène d'expansion-migration ne se heurte réellement que depuis le XVIIIè siècle, avec une acmé au XXè, aux frontières des états-nations, un phénomène très récent dans l'histoire, et très transitoire sans doute espérons-le, nous  débutons bien actuellement une phase de mondialisation, avec certes des échanges qui ne sont licites pour l'heure entre les états-nations que pour les marchandises et les flux d'informations, pas pour les hommes, d'où la stigmatisation des flux migratoires par nos archéopolitiques peu enclins au panoramique historique.

 

 

 

Bref, la thèse des auteurs rejoint quelque peu la notion de pulsion migratoire ou de désir d'exil proposée par F. Benslama (Université R. Diderot), cette énergie qui constitue le sujet migrant et qui rend compte à la fois du vécu pré-migratoire, de la migration per se, puis des difficultés acculturatives. Les migrants seraient ceux-là même, au sein de leurs populations d'origine, qui seraient détenteurs de cette pulsion propre ("n'est pas migrant qui veut", celà nécessite, dit le paléodémographe J.P. Bocquet-Appel, à l'EHESS, de maîtriser dès avant le départ tous les éléments d'un calcul complexe pesant avantages et désavantages de la migration; et on peut dans la clinique des migrants observer par exemple l'extraordinaire énergie combative des rescapés de prisons politiques qui continuent ici le combat pour les droits de l'homme, commencé là-bas). Cette pulsion migratoire spécifique du migrant comporte aussi - presque par définition - des aspects "border-line", et la migration est associée en deuxième et troisième génération à un excès de pathologies de type schizophrénieles enfants du migrant étant exposés à l'ambiguité des cultures et des lieux sans plus disposer toujours eux-mêmes de l'"élan" de cette pulsion migratoire.

 

 

 

Le déracinement (induit par la pulsion migratoire qui agit le sujet) aboutit à une potentialisation du processus de naissance, les premières ruptures biologiques de la matrice-mère étant alors potentialisées par d'autres dans la migration géographique; les collègues canadiens proposent très justement d'appréhender le migrant par sa trajectoire et son projet de vie, d'aider à renouer, chez ceux qui parfois se croient "perdus en route", avec ce qu'ils sont. Il s'agit bien de restituer à la personne son projet de vie, celui-là même qui pré-existe à la migration, et qui réapparaît lors de la thérapeutique; et non comme on s'y risque dans beaucoup de structures médico-sociales aujourd'hui à  "dire" le projet de vie à la place de la personne, quand elle n'est pas en état de le formuler... Tout parcours migratoire est singulier plutôt qu'il ne le devient; il s'agit bien de mieux comprendre comment ont été vécues les différentes pertes sur cette trajectoire du sujet. Les auteurs rapportent également l'intéressant concept d'esthésie ("nouvel ensemble de sensations et de perceptions, de courant sensoriel qui meublent les conditions de vie ordinaire", de Le Breton), qui nécessite un "tuning" du patient dans son nouvel univers, similaire au "tuning empathique" nécessaire au thérapeute dans la cure du traumatisme. Leur conclusion est magnifique: le soignant doit servir d'éclaireur sur le trajet migratoire, tout comme le migrant fut l'éclaireur de son propre sujet souffrant; le soignant doit reconnaitre le résistant en marche, porteur de ses choix "à propos de ce qu'il ne veut et ne peux pas entretenir comme rapports au monde".

Partager cet article

Repost 0
Published by panopteric - dans médecine conjonctive
commenter cet article

commentaires