Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 mars 2012 5 23 /03 /mars /2012 14:32

23 mars 2012

 

P1030016.jpg

 

L'élection en piège à fictions: lequel osera dire la vérité du collapsus industriel de l'Europe, la fin du délire du XXè siècle et de  sa civilisation de l'automobile individuelle, et l'impératif de l'écologie culturelle et alimentaire à venir ? Idée de seuil, personne n'ose poser ce seuil ni ce deuil: il leur suffirait pourtant d'une phrase3 bien choisie pour le franchir, mais aucun de nos présents archéosaures n'ose dire la transition.

 

 

 

Le devoir d'irrévérence est toujours à venir, pris au piège du suffrage universel, et pourtant il faut passer, car notre première guerre mondiale est devenue bien étrangère au monde1. Mais les "élites" ne sont plus lettrées, n'ont plus besoin de l'être pour prendre place parmi les décideurs, seules sont mises en fiches pour eux les notes de bas de page décryptant les stratégies de succès d'ego. 


Que faire, quand on trouve le temps long

et que de surcroît on dispose d'armées prêtes à en découdre ?

La guerre, pardi !

 

 

Migrons donc seuls encore à cette heure, seuls et pourtant immenses, et pourtant par millions, vers l'aire transitionnelle2 où pleurent nos aïeux à la vue de nos têtes coupées; migrons vers l'aire de possible pensée, et laissons les à leur cirque blessant du siècle passé, avant que le supplice de l'exclusion qu'ils infligent aux "autres" ne devienne le notre. Il nous faut sortir de cette zone grise des bourreaux, où pataugent, relégués, tant de jeunes aujourd'hui, pour retrouver le toucher du monde, ce lointain souvenir de la peau4.

 

 

 

 

 

1. E. Vuillard, La bataille d'Occident, Actes Sud

2. www.mouvement-transitions.fr

3. Mais en cinq ans l'ego sortant n'aura jamais trouvé un instant pour glisser un orteil au salon du livre

4. R. Banks, Lointain souvenir de la peau, Actes Sud

Partager cet article

Repost 0
Published by panopteric - dans révoltes de papier
commenter cet article

commentaires

eva 05/10/2013 10:48

" Il nous faut sortir de cette zone grise des bourreaux, où pataugent, relégués, tant de jeunes aujourd'hui, pour retrouver le toucher du monde, ce lointain souvenir de la peau4.".... on ne patauge
plus... on se noie...