Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 juin 2012 5 08 /06 /juin /2012 13:48

La lecture du vedanta est un programme expérimental

 

O. Lacombe

L'Absolu selon le Vedanta

Paul Geuthner 1937

 

samsara-3201.jpgphoto@alcoodoc

 

lien

Mâyâ comporte un double pouvoir: pouvoir d'obscurcissement et pouvoir de projection dispersive

 

Le monde extérieur est le monde de MÂYÂ, que l'on peut considérer comme un réseau de limites, limites des règnes, des espèces, des individus, du moi. La limite n'est ni être ni non-être; ce réseau de limites ne s'étale pas sur un seul plan: il a une profondeur, ses déterminations se hiérarchisent depuis la plus haute qui est l'Absolu lui-même en tant que reflété sur MÂYÂ. Dans cette structure du monde englobante et en metalepse , la réalité est dans ce contenant ultime, cause de tous ces effets, émanation dans l'infinité des formes de l'univers sensible, et pas dans le spectacle que nous percevons et qui nous possède.

 

 


MÂYÂ est pouvoir magique, pouvoir d'illusion, illusion cosmique, de caractère collectif (qui la distingue donc de l'hallucination); c'est littéralement "l'art de projeter des formes", ou la dispersion du Brahman dans l'infinité des formes de l'univers sensible.

 

 

 

La limite n'est pas de l'être, elle marque un simple arrêt dans la dispersion pure du non-être. Il y a invariance d'échelle de l'Être entre l'état contracté et l'état dispersé, l'individu relève trop souvent - dans la seule réalité des frontières qu'il s'impose - d'une invisibilité métaphysique.

 

 

 

La métaphysique en devient testable, évolue vers une science expérimentale. Corollaire de l'absence d'inter-règnes, le savoir retourne à un état indifférencié, l'outil de la science métaphysique est ce regard intellectuel "ample et pénétrant".

 

 

L'Être est à la Maya ce que le Sujet est au Moi, ce que la psychanalyse est à l'existentialisme

 

 

 

SAT 

 

Le Vedanta est une philosophie de l'Être. Sat est l'être, l'esprit, l'absolu et le dieu personnel, le salut. Cankara construit sa doctrine totale de l'être autour de la notion de calme, de paix, et de profondeur. L'être est d'actualité pure, et sans dénivellation ontologique. L'être est une profondeur, un non-asujettissement à la limite, une absence de conformité à toute limite. L'être est simple, plein, infini; une essence, une contenance, et une invariance d'échelle de l'être. La contenance n'est pas un contenu brut, qui dépendrait d'une limite, mais une capacité de manifestation, qui se révèle dans ces instants ou pèse toute l'infinité. La contenance est plénitude structurale, simplicité et circulation du rasa. La substance, selon Kant, est "cette inconnaissable profondeur située à jamais derrière l'humanité connaissante et la poussant toujours plus en avant". Sat est plénitude apaisée, sans dissociation, sans fusion, sans appauvrissement. Ni schizophrénie, ni cotardisme, ni handicap, qui relèvent du réseau des limites, même s'ils tendent à les repousser (la psychose est cette fermeture de la faille du manque sur le chaos, sur l'absolu, dans une visée de tarir l'angoisse).

 

 

Il n'y a pas une réalité extramentale à laquelle notre pensée deviendrait plus ou moins conforme, mais notre connaissance spontanée adhère au contraire à son objet. Il n'y a pas de fusion désubjectivante à l'absolu: "la notion de pot est transitoire, pas celle de l'être", l'être porte en soi la très rigoureuse nécessité du principe d'identité, la différence est dans la fissure, la faille qui introduit la dualité (lien bheda); l'objet discret de la philosophie indienne est ce qui n'est pas, et dans un travail de ce qui est le contrepoint englobant du Moi, le pouvoir de nier le non-être objectif détoure l'absolu.

 

 

Le guru surimpose à l'absolu des formes de moins en moins limitantes qu'il nie les unes après l'autre; il propose des symboles de plus en plus transparents, qu'il retire l'un après l'autre. Démarche anarchiste, dépouillante, chemin mystique, nihilisme progressif mais conditionné, bayesien, étayé.

 

 

Sat est l'acte pur, l'acte apaisé; le karma est détente, dégradation de l'acte

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires