Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 décembre 2009 5 11 /12 /décembre /2009 15:47
Manifestement, les gens ont en commun la conscience de ces risques, car lorque l'éclipse totale prit fin, il se passa une chose étrange1. Conscience intime, participation profonde, de l'effondrement qui a toujours-déjà eu lieu. Alors la pulsion de mort est bien chaperon de l'intime, et alors le besoin de l'épreuve est bien toucher de cet échafaudage de l'âme. Lorsque l'éclipse prit fin, le deuxième petit déjeûner, en plein chant et en plein retour des routes profondément, totalement, obligatoirement éteintes et tues, l'éon de temps juste précédent, lorsque l'éclipse céda au contingent de nos vies, nous riames et nous mangèrent, tout aussi brutalement2. On n'avait jamais vu cette couleur sur terre. Seul un extraordinaire acte de la volonté pouvait nous rappeler à notre ancienne identité d'êtres vivants, au contexte matériel et chronologique dans lequel nous avions vécu. Mais aux profondeurs du mystère et même au sommet de la splendeur, nous tournons les talons et nous hâtons vers les latitudes du foyer, nous descendîmes tous en courant. Nous étions re-nés à la vie et à l'ennui d'un même coup. Nous ne sommes pas à notre place, nous ignorons quelle est notre vraie place: rester dans son lit paraît aussi sage que de sortir faire un pas. Que ces idées soient vraies ou fausses m'intéresse moins que les beautés qu'elles recèlent. Nous demeurons ici-bas en un temps où croît la beauté. Nous sommes des composteurs de nos vies, et ces vies créent le sol de l'île-terre, "nulle-part" de notre planète qui suit nos pas, "nulle-part" qui est le signal de la marche, départ-terreau exposé à tous les vents.

F0004_5.jpg

1. A. Dillard, Apprendre à parler à une pierre (Teaching a stone to talk), Christian Bourgois 1992
2. Eclipse totale, 2000, nord de la France. Nous avons campé et bu au cimetère, il n'y avait pas de fleuve, nous coursions le nuage, puis les hommes qui débordaient de partout soudain disparurent.

Partager cet article

Repost 0

commentaires