Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 octobre 2009 5 02 /10 /octobre /2009 10:25
un concept


(pas-à-pas le programme grave tout notre être)

Le système biopolitique, conceptualisé par M. Foucault1, est l'influence du Bios sur la Politis: ce n'est pas une politique au sujet de la vie mais bien un système dans lequel le politique est sous-tendu par le contrôle du vivant dans une population. Ce système n'est pas du registre du politique (principe fondateurs et régulateurs de la vie commune) mais de la politique, police de la cité, organisation, gouvernement, agents, partis, luttes. Depuis le XVIIIè siècle le contrôle de la vie tend ainsi à devenir politique, alors qu'auparavant la politique ne concernait pas les sujets mais le territoire, dont la population n'était qu'une composante. Pour M. Foucault, les politiques totalitaires (nazies, soviétiques) sont des biopolitiques par excellence qui tendaient à la maîtrise d'un peuple ou d'une race sur la base de "normes de santé" (jusqu'à l'eugénisme...) ou d'une "vitalité productrice de classe". Sur la route de ces extrêmes, au XXè siècle, la gestion contrôlée de la vie naturelle (humaine, végétale comme animale) guida les états: du grain de maïs à l'embryon, du contrôle de la reproduction jusqu'à celui de la psyché, dans l'avénement de la "Psychopolitique" qui amène les dirigeants à "prendre en charge" l'état psychique de leurs sujets2, dans une finalité du corps-machine, d'un "travailler plus pour penser moins". L'ordre sanitaire, "faire vivre et faire mourir", développe sa logique, celle de l'oligarchie économique qui dicte ses lois aux états-peau de chagrin3. L'ordre sanitaire qui aujourd'hui a produit des dizaines de millions de doses de vaccins, non pas pour protéger l'existence de sa population d'une maladie léthale4, mais pour en préserver sa productivité: vaccinez-vous contre la grippe A H1N1.



des consignes


Ce jour, le directeur de cette administration locale transmet à ses administrés les informations que la hiérarchie lui impose de transmettre: information grippe. "Le problème n'est pas vital, tranche-t-il d'emblée, mais économique: le problème est l'absentéisme et le risque de paralysie de l'activité économique en cas d'épidémie importante". L'industrie du vaccin et du masque, elle, a bien anticipé une éventuelle baisse d'activité. "Il s'agit du PCA, le Plan de Continuité des Activités". Pour l'instant en cas d'épidémie on ne "brûlera" que le byreau du travailleur alité chez lui, mais on ne peut s'empêcher de penser aux camps de quarantaine de Blindness. Les agents non atteints mais non impliqués dans les activités urgentes (paye, versement de prestations: l'argent ne doit pas stopper sa circulation face au virus) devront rester chez eux en cas d'épidémie, et prendre d'office... leurs congés payés !!! Bonnes vacances grippe, Cher Administré, le créneau sera sans aucun doute repris bientôt par des agences de voyage en mal d'idées... Vous serez dans cette attente de bons autistes du travail: garderez un périmètre de deux mètres avec vos collègues, reporterez les réunions, les bises et les poignées de main, vous vous abstiendrez de la dangereuse pause-café, source inacceptable de promiscuité, vous aurez le masque dans le sac à main, etc...





une nouvelle


Mais bientôt il faudra faire appel, pour suppléer les autistes du travail défaillants,  d'abord pour la désinfection des locaux désertés (les équipes de nettoyage réquisitionnées étant malades ou en fuite), faire appel à tous les sans-&: sans-papiers, sans-domicile fixe, sans-rmi, sans-école, sans-couverture santé, sans-travail, sans-famille, tous les sans-& sont réquisitionnés, sortis des centres de rétention - où l'on stocke en place les infectés les plus rebelles -, et grâce aux sans-&, bientôt affectés aux tâches vitales de circulation de l'argent (sous télésurveillance renforcée), survit l'économique; mais déjà les télésurveillants eux-même désertent ou succombent...




un délire biopolitique



Aubaine de la nouvelle pandémie grippale pour renforcer la main-mise du biopolitique sur ses servants. Faisant circuler le spectre d'une maladie gravissime, incitant à la vaccination de son outil de travail dans les gymnases par les élèves-médecins-formatés en herbe ou les médecins retraités réquisitionnés (mais ceux-là viendront-ils, sauf entre deux gendarmes masqués ?) le système sauve son industrie pharmaceutique, écoule ses vaccins, prévient l'absentéisme dans ses centres de circulation de l'argent: apogée nouvelle du biopolitique.


1. M. Foucault, Naissance de la Biopolitique
2. D. Fassin et R. Rechtman, L'empire du traumatisme
3. qui n'ont plus dès lors qu'à stigmatiser un nationalisme archaïque en dernière illusion de leur existence.
4. Car qui donc fait écho de ce succès partiel d'un vaccin expérimental contre l'infection par le VIH, nouvelle que l'on n'espérait plus chez les scientifiques ? Et le masque supplanta la capote...





voir aussi:







"La médicalisation de la société porte la menace d'un encadrement social des destinées humaines"
D. Tabuteau
Revue Pouvoirs
septembre 2009
L'état des libertés

Partager cet article

Repost 0
Published by panopteric - dans révoltes de papier
commenter cet article

commentaires