Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 septembre 2009 5 25 /09 /septembre /2009 19:47



J'avais presqu'oublié Figuerolles, le soir juste chaud, le café du vrai, discute et crie un peu - sauf les femmes qui tendent - J'avais presqu'oublié la meilleure pizza et les petites tables où tout passe du monde, et la rue. J'avais presqu'oublié le Sud, sensation sans la vitre obligée, la limite-terrasse de la ville grise: ici c'est la langue-isoloir qui dit tout. J'avais presqu'oublié le libre, l'ouvert, au sortir de la courbature: j'avais presqu'oublié le soir clair de tous les jours, l'implosion des fruits et des hommes d'outre-notre-mer, l'ampleur du basilic qui se donne, et les couleurs toujours neuves de peaux qui étanchent.

J'oublierai encore, tu te perdras encore, elle reviendra peut-être, une saveur d'écriture plus loin: Dieu que ce papier glisse très blanc, the very highest blank... chez moi: cette chambre en Inde fut mon plus profond chez moi, et cette estrade de bois russe en pays Mongol, et cette fenêtre sur la place-cathédrale, enfin cette terrasse-qui-pousse. Mais déjà on range: IL NE S'AGIT PLUS, ENFIN, DE TOUT LIRE (ouvre le cosmopolite).

 

 

 

 

Figuerolles est une véritable institution,

une république auto proclamée

avec sa propre heure

 

Partager cet article

Repost 0
Published by panopteric - dans le grand bleu du ciel
commenter cet article

commentaires

JC Borg 30/10/2009 21:19


Je vous suggère de corriger cette hérésie : «presqu'oublié», sachant que presque ne s'élide que dans presqu'île...
Bien à vous !
Borg


panopteric 31/10/2009 00:20


Merci pour cette règle que je ne connaissais pas. Mais Figuerolles est une presqu'île...