Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 août 2009 5 28 /08 /août /2009 21:18


29 décembre 1999

Falaise: sommet. Montés d'on ne sait où. La descente sera obligée, douleur. Pour l'instant flotte le temps. Et tourbillonne le coeur: nous sommes. Immense plaine au sud-est, plateau Mossi, immense peine. Protecteur, le bâton fiché dans ses cinq pierres, le chef, et dessous le village. Promontoire. Nous sommes. Faille géante, déjà. Dedans, dessous, l'eau des fétiches, l'interdit qui boit. Epiphanie évadée du livre, fantasme divin solidifié. Le vent ne parle que du vent, je sais la vérité, je sens tout mon corps couché dans la réalité et je suis heureux. Aussi les ventres gonflés. Aussi le soleil, l'eau rare et dure. Rythme: imams et nature, lune-étoiles et coq, meules et pilons, maracasses et circoncis, salutations et palabre, règles et ressources: un seul chant.

30 décembre 1999

Gardien du sanctuaire, canaris: jamais il ne seront vides. L'autel est noir encore, noir de bientôt, noir de presque-à-toucher; déjà le dolo est dans la maison, et des mozarabiques à ancêtres dans la roche même: ouvertures en haut de la falaise, où tout se joue et où tout rythme, papillon de la falaise et du village qui s'y accroche, comme la voix ne peut s'accrocher qu'au ciel d'une colline pour prêcher la croisade, ici la falaise dit la récolte, dit le grenier de chacun: l'offrande qui monte tombe de tout là-haut, des bêtes montent, des champs se prètent, des enfants sont confiés, de chaîne en chaîne, jusqu'à l'offrande des colas. Là-haut, près des canaris des ancêtres, qui sont bus mais ne doivent jamais être vides.

Encore un peu plus haut: hissés par des cordes, un bois fiché dans le rocher, et quelques jeunes: les morts reposent, immenses maisons circulaires et ocres, où tout continue, mais déjà notre groupe s'éloigne et tout est à nouveau fondu dans la falaise. Seuls sur le chemin des tessons d'argile cordée, sur leur extérieur, face qui sait le langage et le secret.

Le jeune garçon porte la hache et le sac du gardien du sanctuaire, obligé, pénétré encore.  Son ainé, lui, déjà, parle, interroge intensément la roche qui monte en mur, encore, monte en interdits, mais s'approche alors que l'Européen s'éloigne, s'éloigne déjà dans la petite plaine, un village, aux autels gardiens, d'où une pointe dépasse, où l'attend le fétiche à la face septuple, au même réceptacle, ici ni l'offre ni la demande ne détermineront un prix, il faut discuter, entreméler les paroles, tout un pouvoir qui se reforme. Il y a des oeufs d'autruche sur certains phallus sacrés.


Plutôt cela plutôt qu'être celui qui traverse l'existence en regardant derrière soi et la peine au coeur...


Partager cet article

Repost 0
Published by panopteric - dans livraison
commenter cet article

commentaires