Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mars 2009 7 01 /03 /mars /2009 14:48
... comme tous les étrangers du monde,
 elle avait appris juste assez de la langue
 pour signaler son incapacité à la comprendre.

A. Ghosh
Le pays des marées


Nouveau carambolage...



Lacan, relisant Freud,  voulut doter l'appareil psychique d'une structure3, celle du langage. Le déplacement devint, selon l'idée initiale de Jakobson, "métonymie" (ou glissement du signifié sous le signifiant) et la condensation "métaphore" (ou substitution d'un signifiant à un autre). Et de construire alors sa thèse de la chaîne signifiante: un sujet est représenté par un signifiant pour un autre signifiant, le signifiant marque le sujet de son empreinte langagière en donnant une signification au rêve, etc..., ...mais il fait aussi de l'homme un être social et religieux, Logos incarné.
 
 
Retour sur l'Inde et la notion d'acte (Karma):
 
Un acte est un mouvement de jonction (Yoga) par l'intermédiaire du  Manâs (le mental)  entre les Indriya (organes des sens) et les Artha (les choses ):

il y a conjonction chose-organes des sens-mental

 Les choses ? Le mot sanscrit "Artha" est polysémique, il désigne:

 
1- chose, affaire, fait, réalité, monde extérieur
2- objet, but, cause, motif, intention
3-  sens d'un mot, d'une phrase, signification
4- enjeu de l'action, récompense, utilité, intérêt
5- possession, propriété, biens, richesse, avoir; avantage, profit, pouvoir politique
 
Artha est à la fois la chose, l'objet de la pensée, et le sens de la chose;
la chose et l'objet sont confondus en philosophie indienne:



Un seul mot, une seule notion, à facettes. Comme l'inconscient n'est pas structure et code, mais combinatoire et système, la dichotomie signifiant / signifié1 s'écroule à l'odeur de l'Inde: le vivant n'est pas logos incarné mais connexion matière/esprit/parole.

 
 
Artha est ainsi le sens et la référence, le signifiant et le signifié; Artha est tout ce qui est visé par une action (une pulsion ? mais la pulsion est à l'oeuvre dans un registre diachronique, par essais, erreurs, replis, retours; tandis que l'action, la connexion, ou le yoga s'inscrit dans l'instantanéité)
 




Processus conflictuels freudiens
En Occident (et en psychanalyse), les objets peuvent se superposer, se perdre, et s'incorporer; le moi se structure sur un conflit entre le désir d'objet et sa perte/incorporation, son absence ou sa possession: le sujet projette son désir, l'objet nait de la chose par cette causalité première;


ENTRE: LA MAYA

Grotte à facettes mouvantes de l'Inde
En "Orient" (et en Ayurveda), il y a (conjonction) ou il n'y a pas (disjonction) connexion instantanée "sujet-objet", ou plutôt lien instantané établi dans la biocénose entre deux êtres, et ce lien peut s'établir à des niveaux variés de "conscience"2
, en autant de "noeuds" dont on gardera la trace, (dont on pourra à nouveau ultérieurement "saisir" l'instantanéité), mais sans qu'ils soient régis par une chronologie.





 
 
1. Saussure, père de la linguistique et inspirateur du structuralisme, définit le signifiant (image acoustique d'un mot) et le signifié qui désigne le concept, c'est-à-dire la représentation mentale d'une chose (l'objet, lui, est cet au-delà/en-deça de la représentation). La langue n'est pas un répertoire de mots qui refléteraient les choses ou des concepts préexistants en y apposant des étiquettes; si c'était le cas, les mots d'une langue auraient toujours leur correspondant exact dans une autre (par exemple les mots « mouton » et "sheep" ont le même sens, mais non la même valeur, puisque l'anglais pour sa part distingue sheep, l'animal de sa viande mutton).  Ainsi le contenu (le signifié) est un concept défini négativement du fait de l'existence ou de l'absence dans une langue d'autres concepts qui lui sont opposables. On rejoint là la définition "apophatique" de pensée par soustraction, seule  permettant d'approcher l'absolu, du a- sanscrit (ahimsa; aloka; etc...), ou du contrepoint deleuzien.
2. Voir les ouvrages de Castaneda
.
3. H. Meschonnic, opposant au structuralisme ambiant des années 70, pensait le mot en rapport entre un objet et un sujet dans un contexte précis, et non dans une structure appauvrissante. L'ennemi majeur de la littérature, et tout particuliérement de la poésie, était pour lui le signe, ce dualisme interne de la notion de langage où le mot serait un son et du sens. A l'appui par exemple de W. Benjamin ou des formalistes russes (dont la pensée échappe à ce clivage forme / contenu), "il ne parlait pas ses mots, mais ce sont ses mots qui le disaient et qui le réconciliaient" . "Essentialisation" de l'acte poétique et phénoménologie étaient ses adversaires principaux, en "vide d'une pensée sur le langage", une conception qui selon lui règne en occident depuis Platon (S. Blumenfeld et P. Kéchichian, Le Monde, 13 avril 2009). Dialectique contre structure...

 
 


- E. Roudinesco, Au sujet de l'inconscient, Le Monde, 12 juin 1998
- F. Zimmermann, Philosophindia

Partager cet article

Repost 0

commentaires