Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 février 2009 4 12 /02 /février /2009 23:41
Internet et l'expérience agrégative
ou
 "
peut-on construire un sentiment d'amour ?"















Première photo, première jeunesse, et premiers chats

Déjà il fallut du temps: agréger les images avec les images, et avec
la parole textée

(il n'est pas d'écrit sur un chat)


Il n'y avait plus maintenant qu'un seul masque en moi et l'amour y montait
Elle: m'expliquait qu'elle était une et pas multiple, mais tout-à-fait entre-deux de ce qu'elle m'envoyait


Puis vinrent nos  voix
C'est elle alors qui s'inquiéta
"On dirait une autre personne"
Moi: cette jonction là commençait à dire
Mais à côté de l'amour
Mais je disais: timidité plutôt que banalité


Un sourd-muet hèle à l'instant la terrasse du café
Il hurle comme dans un miroir
Tes photos hurlent et se heurtent en moi à ton accent
Que je ne pourrai goûter que toi enfin penchée sur mon épaule


Comment diriger un langage de signes ?

A l'autre qui n'est pas vraiment là encore

On ne peut chuchoter dans un lieu public


(lego plutôt que logos
elle: n'est parole
que par juxtaposition
et: participation au jeu
)


Je viens demain: pour nous exposer aux soleils que nous déciderons
Une fois liés par tous nos sens
Mais ici d'abord un à la fois


Coup de foudre à l'envers, comme une neige qui remonte
au petit coeur du ciel

Sans archaïsmes fondateurs (goût, odeur)



Vois-tu, notre amour n'est pas comme les fleurs,
le produit d'une seule année; quand nous nous aimons,
c'est une sève immémoriale qui nous monte dans les bras.
Ô jeune fille, cela: que nous ayons aimé en nous non un être à venir, mais cet Innombrable qui fermente; non pas un enfant isolé mais bien les pères qui, comme les gravats d'une montagne ruinée,
reposent au fond de nous; mais bien le lit du fleuve à sec du des mères de jadis; mais bien toute l'étendue sans bruit de cette contrée que surplombe le ciel, limpide ou menaçant, de la fatalité:
oui,
cela, jeune fille, c'est cela qui vint avant toi.



R. M. Rilke
Elégies de Duino

L'atelier du coup de foudre est encore, bien sûr, une illusion consumériste
et je le referme avant même que de...

Partager cet article

Repost 0
Published by panopteric - dans le grand bleu du ciel
commenter cet article

commentaires

Samia Nasr 13/02/2009 20:17

Bonsoir,
Tu en as des bons articles, mais il me faut le temps pur lire et relire tout ce que tu as apporté comme philosophie, poésie, et sagesse des grands auteurs ou les tiens aussi, car je suis sûre que tu en écris, lundi, je serais libre et j'y reviendrais pour lire, et découvrir ton univers.
Bonne soirée, et merci pour ta visite

panopteric 13/02/2009 21:04


Bonsoir Samia,
Tes mots sont enchanteurs comme ta fée Bienvenue !
Reviens vite !