Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 février 2009 1 09 /02 /février /2009 12:46
des  O.N.G. gouvernementales...



Sur une grand-route des ondes nationales, il y a quelques années déjà, un médecin hospitalo-universitaire et ancien acteur de l'humanitaire, soudain révélé au public par un prestigieux prix. L’homme s’étonne:

Pourquoi ne pas m’avoir appelé déjà pour débloquer l’action humanitaire ? Car il y a bloquage actuellement, voyez en Afghanistan. Je ne parle pas des O.N.G. associatives, non, mais des O.N.G. gouvernementales*  (sic).

Lapsus ?

Monsieur, Monsieur, je ne vous connais pas et je n’ai pas lu votre livre, mais.... et si ce lapsus était celui d’un système ? Et si dans l’humanitaire il y avait d’abord eu l’acte gratuit, celui qui parfois voisinait avec la presque débrouille, mais celui surtout de la bonne volonté, face aux systèmes qui écrasent ? Et même parfois alors, dans ces origines là, peut-être parfois a-t-on a frôlé la gratuité sans action possible, mais d’abord et surtout sans compromis... Et même parfois l’acte a-t-il été posé sans prendre le temps de témoigner, sans ressentir ce besoin là comme primordial.

Et si dans l’humanitaire de demain plus personne ne grossissait du malheur ou de la maladie des autres, si dans l’humanitaire de demain on ne justifiait plus rien, si dans l’humanitaire on ne cachait plus jamais des colonnes en marche ?

Et si l'humanitaire redevenait celui des consciences d’abord, sans bruit, avant d'être l’humanitaire organisé, souvent suivi maintenant ou associé à l’"humanitaire" des gouvernants ? Si l'on acceptait l’O.N.G. parfois bloquée dans le système plutôt que l’O.N.G.-entreprise (celle qui vous démarche dans la rue ces derniers temps), au service du système paralysant... ? Etre sur le terrain, simplement, ici ou là-bas,  de l'eau, des médicaments et quelques hommes, de la solidarité face au fléau toujours trop gros. Mais quelques hommes immergés dans la communauté de ceux qui sont marqués par le sceau de la souffrance, et nulle part ailleurs. Des logisticiens de l'empathie, plutôt que du programme...

Parce qu’entre quelques divisions égarées et l’« O.N.G. gouvernementale », on ne sent pas l’humanitaire gratuit et les foules oubliées, mais un ordre à justifier.


Lapsus ?
Attention à l’« O.N.G. gouvernementale » ....
- "ONG de SI**" doit redevenir un pléonasme -




Lycée, cours de français, déjà: on me dit, alors que je voulais condenser "concernant toute la population de l'humanité" par "humanitaire", que ce n'était pas acceptable (barré en rouge sur ma copie) car ce mot était trop engagé dans une autre connotation. Cette connotation du lien entre les vivants, sans doute, qui déjà n'était plus correcte.

On proclamait aussi déjà en cette fin des années 70, qui avaient vu déferler l'engagement solidaire, que "la bonne volonté n'excusait plus l'incompétence"... L'entreprise reprenait la main, écartant la solidarité, imposant la logistique.



*mais peut-être fallait-il entendre: "ONG palliant une carence du gouvernement"
**solidarité internationale



"le vertige de la gratuité ne laisse qu’une porte de sortie, l'engagement"

Partager cet article

Repost 0
Published by panopteric - dans autographe
commenter cet article

commentaires