Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 janvier 2009 6 31 /01 /janvier /2009 22:45
Tes mains transparentes qui planent sur le feu de ma vie
A. Breton, L'amour fou



ATTENDRE


En deux ? Il l'en aime de tout vouloir lui faire vivre. Aujourd'hui est pourtant très tôt (encore). Et ? ce que j'ai aimé ? que je l'aie gardé ou non: toujours ? Il cherche une logique ? Mais: ni morale ni (Amour). Ses nouveaux pas à lui n'auraient que le seul but: la réinventer ? Il viendra, et elle l'aimera. Surréalisme en certains jours de sa quête d'elle (besoin).
Sublimer l'attente, épaulée par son désir.
Quel peut-il être pour elle ? Soif d'errer à la rencontre de tout.
Mais accepter (encore, maintenant: demain ?) de sombrer dans l'ivresse (des pages).
"Tu n'en as pas marre de lire ?"



SENTIR

Que pousse tous ces placés là à se non-exhiber de noir ?
Un vague vent terne apparaît presque subversif.
Comme les palmiers en griffes noires, à cet instant. Sous leur sphère, et pourtant le soleil ?
Looser ? Amour-refuge ?
 Trop loin, quand-même, tes seins, demain.
 Elle, ne veut pas de ce social à deux mais (amour).
 L'existentialisme ne la déprime pas.
 Lui, reste malgré lui: défi d'inactif éthéré.
 Insolite, amour: inséparables.
 Le tapis du salon, petits bonheurs, étincelles du chercheur: même.
Perte ? Dans le feu à deux brûle (leur nature) ?
Non, regarde (c'est beau) !
 Tes mains: transparentes (encore). Comment aimer sans se sentir faible ?
 Deux !



GRAND JEU

Pas une goutte de courrier
L'heure tremble
Je remonte dans la poussière d'Or



Partager cet article

Repost 0
Published by panopteric - dans le grand bleu du ciel
commenter cet article

commentaires