Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 janvier 2009 3 07 /01 /janvier /2009 15:32

Deux se baignent à nu, seuls, des kilomètre-cubes d'eau sensible entre leurs peaux. Deux je me serai baigné. Océan plat, propice à la fusion, sans les rouleaux qui déportent, plat-coti - plic.ploc.ploc. plouc. Ma face est brisée. Chaque fois, quelque chose nouveau apparaît. Contagiosité impérieuse de l'amour: sous la casquette de l'étudiante-guide du parc qui aurait pu rougir si elle n'avait su avoir l'avenant; revit alors l'émission de ta beauté, et demande, Toi, brunette sensible, prisonnière un peu, que j'aurais pu enlever, dû, au bord de chez moi, là-bas, long de temps, dans le soir-nuit, presque contact, mais moi qui n'était pas encore né; dans le feu que nous cédons à leurs baisers, le bordeaux léger du soleil encore sur le lac, en ce centre où forcément, vent, rythme de deux pagaies, dérive, nous étions immobiles et sûrs, écoute et alentours - là où est ce mystère qu'ailleurs on ne fait que savoir. Tu es toujours la bienvenue.


Partager cet article

Repost 0
Published by panopteric - dans le grand bleu du ciel
commenter cet article

commentaires