Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 décembre 2008 3 17 /12 /décembre /2008 17:11



7h00, Chicago. Béton only. Tours. Gris, blanc blafard. Ce sont les parures du matin de Dark-City. A cette heure la sphère de béton est encore morte. Seules quelques voitures glissent en bas de son vingt-sixième étage. Non, ce «pays» n’existe pas pour les hommes. Tout comme la «couleur» noire n’existe pas pour les physiciens: le noir est une absence de couleur, c’est l’apparence d’un matériau qui refuse de recevoir la lumière. Le béton et le profit refusent la vie. Même les embouteillages, à Bangkok-la-polluée, ont un souffle d’humanité: bruit, agitation, cris, klaxons, motos qui se faufilent, et loin derrière, le fleuve, les bateaux-taxis et les bonzes debout emportés dans la nuit qui file sur l’eau. Ici, pas de foule, de mouvements, et rien derrière. Même pas d’embouteillages ici. Non, des voitures isolées glissent entre des lignes blanches, comme sur un tapis de jeu d’enfant, mais sans enfant aux commandes ici. Quelques filets de soleil rougeoyants s’étirent, détournés de ceux qui nourrissent la terre, loin d’ici. Il n’y a pas, ou plus, arraché, oublié, gommé, le moindre brin d’herbe. «Arbre» est depuis longtemps un mot inusité. Il aurait dû emporter une feuille morte de leur herbier pour se souvenir. Les morts sont nécessaires au souvenir, ce sont eux qui nous sauvent de l’oubli, et nous relient aux sept  branches de vie du Premier Arbre.

Chicago, passé imposé: la vie existe, mais si ! On l’a même mise au musée:  Bourgeois de Calais, Saints de nos églises du nord de la France, fragments d’églises, de temples ou de châteaux du «vieux monde» dont quelques pierres arrachées, dehors, tentent d’ensemencer la base des skylines les plus marquants de la cité du dollar, Bouddhas maintenus éveillés par des jets de photons habilement et scientifiquement répartis, cavalier de la vallée du Niger. D’une vallée fossile.

7h00, Dark-City s’éveille ? Bruit monotone et continu du trafic «en sphère», loin, encerclant Down-Town. Peu de mouvement au centre de la sphére. La machine tourne, seule, toujours. Colonie de fourmis anonymes et désinformées oeuvrant pour les dollars de l’élite. Et ce matin le contenu de la sphère est opaque, brume. CNN invente une vie à cette brume: décompte les incendies, les crashes de voitures après courses-poursuites avec la police. La nuit des hommes serait-elle propice à des contestations ? Quelques rebelles échappent-ils encore au contrôle des clones en cravate et siliconés au service de la sphère ? La pub invente des mers, des espaces, du soleil, des familles et des déserts. Nothing inside. Sauf des dollars.

Partager cet article

Repost 0
Published by panopteric - dans le grand bleu du ciel
commenter cet article

commentaires