Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 décembre 2008 7 14 /12 /décembre /2008 18:38



Et ces écailles de nuit qui se décollent, si jouissivement
Seuls ton sourire et ton ailleurs soutiennent encore mes jointures
Inaccessibles tous deux
Les poètes sans doute vont sans églises ni systèmes

La mousse contre l'effondrement: ramasser les fragments
Passe l'homme  les ré-assembler en autre muret: nouveau lieu

Allez
Quel est cet unique qui passe
Et ordonne-retarde l'embrasse
Quelle est cette empreinte-tige
Qui ne sait le bouquet ni l'emprise ?

Qui donne et qui reçoit ?
L'Or du passage...

J'ai choisi le plus dur
Dit-elle
Il n'y a plus de dehors

Syncope n'est pas oubli
Tu seras: ma nuit
Belle, désespérée

Partager cet article

Repost 0
Published by panopteric - dans le grand bleu du ciel
commenter cet article

commentaires