Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 décembre 2008 6 06 /12 /décembre /2008 23:29



Verre à tribord
Elle se découvrait par le grand large
Mais en rafales
Parfois elle se cache à sa mer
Même l'accent est soufflé
Et son sud en paraît vide
Mais le soir
Résistance des printemps
Et mouvements lents
Revienne le vent

Trois-mats un peu penché
De l'autre côté
Entraîneuses accrochent juste derrière le fil rouge
Des mots et à pied le monde entier
Calanque première
Ici tout reste premier, parce qu' à devenir
A l'heure de tous les reflets sur l'eau les fenêtres s'allument

Ici les passants ont des tronches
De héros sur fond d'horizon
Lecture singulière,
Un bleu unique qui nous rappelle tous en mer
Maintenant
Dos Pasos, Cendrars, Londres, Cohen, Guez Ricord
Impossibilité du quotidien et liberté de la fièvre qui lâche

Au sud d'Eden en passage obligé
D'un sens ou l'autre
Sur les traces de Marie-Madeleine
Plus loin que les clichés de quelques isolés
Cantique

Retour sur le Vieux Port
Mais Marseille est homogène:
Nous sommes bien au même endroit
Point de banlieue ici
Aujourd'hui très peu de place suffit
Malgré vous tous
La ligne fonctionne



texte panopteric, photo alcoodoc

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Michel 07/12/2008 13:30

un blues qui nous fait tout ressentir, de la mer, du port, de cette ville particulière... et de l'âme humaine qui ne s'en échappe jamais...

panopteric 07/12/2008 23:14


oui, je l'ai quittée il y a deux ans, mais y suis toujours...
tu connais marseille ?