Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 novembre 2008 4 20 /11 /novembre /2008 13:56



Aucune photo ne ramènera à toute sa vie

L'odeur de la colline de Tushig

Le sourire de la maman du médecin

Gravissant la pente

Le couchant qu'elle sait mais ne voit plus

Enfin plus comme nous

Enfin personne n'a jamais su le couchant de l'autre.


Cheval qui suit son maître et le suivra toujours

Domicile

La petite-fille du lointain lac

Aucune photo ne rendra tout cet air frais

Parfois, à Tushig, ce n'est pas de l'autre côté de la vie

Rien d'instantané.

Histoire.

Histoires.


Je t'y attends

La nuit est tombée, mais il ne fait pas noir.

L'air redevient direct au petit matin

La fumée monte, sans superflu

Pays de seuils et ouvert sur le tout

Emprise des empires.


Fière certitude

Est-ce qu'on joue ?

Missionnaire joueur

Nous dans leur jeu, le je dans le tout.

Plus de révolution à l'hôpital

On travaille à l'hôtel du sovkhoze

C'est trop petit ce qu'on fait ?

L'ouvrier agricole borgne et bancroche fait du bois

Il avance. Engagé.

 


Hémiplégie

Tradipraticien

La paupière est tombée, hier

Ressenti

Espoir

Dans un grand face-à-face

"Quand on est malade, on a tendance à croire à la religion", dira le truchement.

Pleine lune sur la Selenge.


Biquette en sursis

Il paraît rustique, ce repas de roi

Ressenti de cannibalisme-passage.

Plus de hiérarchie.

Trop d'alcool

L'amour aussi est peut-être un peu cannibalisme, Princesse

Quelque chose en plus, et en tous.


Retrouvées les lourdes vibrations des longs trains diesel manœuvrant en gare-vallée de Sukbaatar.

Préfigurent l'amour.

D'ici je ne voulais pas repartir.

Tu venais.

Et devant le bar du Français

Arrachés au centre culturel colossal rebelle condamné scellé

Quatre fauteuils de théâtre numérotés

Un toubib qui voulait installer une machine à laver

Trois arbres devant Le pâturage infini

Bout du monde et ton message

Sac de la prospérité de la famille.

Partager cet article

Repost 0
Published by panopteric - dans le grand bleu du ciel
commenter cet article

commentaires

bataillou reine marie 20/11/2008 18:39

je ne suis pas sur d'avoir tout compris.
il plane une nostalgie sur le texte

à bientôt

panopteric 21/11/2008 17:29



l'essentiel est qu'il plane quelque chose... oui, nostalgie d'un bout du monde mongol où j'ai vécu quelques semaines intenses.


à bientôt


eric