Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 février 2016 4 18 /02 /février /2016 14:04
Linda Lê, Roman bipolaire

On est chez bien chez Christian Bourgois, qui imposa Pessoa, contre-courant permanent en lame de fond de l'enfermement. « Publier des livres que le public ne veut pas », mais que notre folie privée, elle, attend depuis toujours. « Editer contre », dit encore Bourgois, oui, mais tout contre. Ainsi vient Linda Le, explorant la double membrane entre le rêve et le réel, renvoyant aux déjantés qui n'en mènent pas large  dans la réalité, mais taillent la zone en hyperfréquence dans le réel. Bipolarité, manie. Dans la réalité leurs voix souvent les assaillent ; mais dans leur Extrême-Orient elles ne sont que langage, parmi tant d'autres, celui d'une foule bienveillante. René Char est en 4è de couverture : « De quoi souffres-tu ? De l'irréel intact dans le réel dévasté » ;  il ne s'agit pas d'exil, mais, au contraire, de retour aux liens originaires, par une faille nouvelle à déployer, et l'accident vasculaire, humoral, végétal, rasique, en sera l'outil.

 

Idyllique Royaume des Mots, tous liés à la mort, et sans pensées morbides. Une encre-chai, l'imprimerie de la vieille cave, secrète. Et dans cet irréel, le sursis semble toujours attribué à quelqu'un d'autre, jusqu'à ce que, enfin, et dans un bénéfice bilatéral, on se sente la force de la solitude. Mother dit !! Le frère jamais venu, l'ami confident éclipsé, il aurait su « te changer », lui, dit Mother ! Tu n'aurais pas été cette pauvre chose entichée de littérature ! Tu aurais vécu comme la majorité des gens ! Mais famille que l'on peut parfois attaquer d'angle, par la béance des non-venus, des disparus, des morts-nés, des égarés, des tués. Nous, du réel, le sursis encore nous semble. Ne pas perdre, à la jouissance du jeu, cet autre qui nous est, et continu; nous nous exilons trop peu, alors pensants, en ce double. Survient heureusement l'ami Roman, enfant sans parents, le dilettante, l'amusant, le bon à rien, dont le rôle est de refuser de rentrer dans le jeu.

 

Exilée, écrivaine, Linda Lê dit le deuil du double en manque fondamental; quelque chose qui nous touche encore – mais d'une manière autre - résiste au détachement que nous avons un jour subi. Chtonien. Aucune nostalgie. Elle aide le le double à gagner le pays où elle ne veut pas retourner. Elle rend les amis amarres à la fiction commune ? Croyez-vous à votre fréquence originaire ? A-t-on un double possible en ce monde, de même détachement ? Donc surgit Roman, sa paranoïa. S'aimer, mais comme des cosmopolites. Hyperfréquences en résonances. Celle du mort ??? Folie, grigris et contre-monde. On se processe à l'autre. En Asie, les voix de Roman l'épargnent, leur niche est pleine, il est sur sa terre à Elle-au-même, il l'avait bien senti, son livre ne s'adressait qu'à lui seul, l'élu persécuté. En Asie-ma foule on s'offre davantage, sans nécessaire socialisation obligée. Toutes les hauteurs sont possibles, l'Asie est modale, elle est notre exploratoire, ici est tonal, forme imposée seule licite. Des voix, pas de mélodie. Surgit un livre en réseau vasculaire modifié, abandon de la quête du jumeau, cet inconsolé nous-même, qui serait tout juste sur le plan d'à côté. Lecteur, tu es le seul survivant. Le livre élance à l'autre comme le cimetière attire à lui, quand pourtant les morts sont les mêmes. Elle : peut alors se lancer seule dans la quête.

Linda Lê, Roman bipolaire

Partager cet article

Repost 0

commentaires