Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 avril 2015 6 25 /04 /avril /2015 15:17
En amont du sujet est la déesse Vâc (son, parole)

Vedâ: le son est la cause efficiente de la connaissance. Pour les théoriciens de l'hindouisme, et contrairement à ce qui prévaut en Europe depuis le XVIIIè, "l'écriture est une puissance de tromperie, (...) elle n'est pas seulement une notation du son, mais une restructuration de la parole, [et] la cause efficiente de la connaissance du sens de la phrase, c'est le son"1. Le mot vâc (parole), en sanscrit, désigne une émission de sons doués de sens, mais ne signifie pas "discours argumenté"; une faculté de langage, mais pas un langage. La nécessité du langage, et la perte de la langue parfaite (samskrita), naissent bien de la séparation d'avec la mère, et tout un devenir-femme s'ensuivra dans la traversée indienne de l'inconscient.

 


Phonologie en Inde: une "décondensation" de l'ipséité. Le sivaïsme du Cachemire et le tantrisme développeront l'idée d'une quadripartition de la parole vâk4. "Dans sa condensation progressive, la parole primordiale de Siva devient vibration sonore primordiale, puis résonance, goutte (bindu) d'énergie phonique, puis phonème (varna), et, enfin, mots". Cette cosmogonie de la parole insiste sur les aspects corporels (parole comme vue sont, dans l'humorisme indien, des fluides du corps), étroitement liés à la pratique des exercices respiratoires yoguiques, à l'activation de la kundalini; le mouvement qui va à l'inverse de la cosmogonie, retour de la Parole vers la source, est pour l'homme chemin de libération spirituelle, on peut remonter les rivières, "les paroles confluent, pareilles à des rivières, se clarifiant par la pensée au dedans du coeur"5: "la parole se donne au poète comme parole à voir".

 

 

Le cri et le chant précèdent le discours, le Veda est une masse sonore. Sarasvatî est l'une des déesses, fluviale, de la parole, de l'intelligence à expression verbale... (et des examens !). Un seul mot (Aum), ou bien une phrase mais prise comme un tout et qui fonctionne dans l'intuition (pratibhâ) comme un nom propre, dotée d'un pouvoir iconique, peut porter, outre une éventuelle parole pour communiquer, la voix intérieure, vâc, la parole qui se révèle dans l'intuition12. Remontée du fleuve, accès à la connaissance vraie: "dans l'appréhension séparée des objets, une intuition se produit qui est toute autre que la connaissance d'objets séparés13. Dans les deux sens, conclut F. Zimmermann, paroles venues du dehors ou voix intérieure, je suis toujours en position d'auditeur, et non pas de locuteur14 (position pourtant centrale en Occident).

 

 

Pour le poète et grammairien du Vè siècle Bhartrhari, "la parole se déploie à travers quatre plans de plus en plus différenciés, jusqu'aux sons perçus par l'oreille, plan des objets mondains": parole "voyante", "moyenne", et "étalée", et enfin "suprême" (parâvâk), la divinité fait apparaître l'univers en le disant, à différents niveaux correspondant chez l'homme à des phénomènes d'aperception ou de perception consciente. Au niveau de la "parole suprême" la Conscience suprême prend conscience d'elle-même et de tout ce qu'elle recèle intérieurement6, l'univers sous sa forme germinale de parole.

 

 

Enonciation et ipséité. Pour E. Benveniste  toute énonciation implique l'Autre, l'allocutaire, un rapport au monde; pour lui la subjectivité serait l'émergence dans l'être d'une propriété fondamentale du langage, cette possession du "Je" selon Kant16, cette indexicalité du langage qui constitue la subjectivité, le langage précède donc la pensée17, il n'y a pas de pensée sans parole intérieure. Le locuteur (de la parole ) n'est pas l'énonciateur (l'énonciation constitue le sujet).

 

 

Qu'est-ce qui nous fait homme, doté d'une ipséité1, voire d'une subjectivité: la capacité de parole, la pensée réflexive, l'adresse à l'autre ?

 

 

d'apres F. Zimmermann, séminaire Vâc, EHESS, Philosophindia

 

 

 

 

notes et développements: lien

 

 

la non-parole maternelle et la porte du délire: un langage au corps
. mère, langage, délire: toucher la chose
. la langue en pulsion à la jonction du corps génétique et du  corps culturel
 
pensée préverbale, apophatisme et poésie:
les mots et la chose, apports de l'Inde ancienne

. "penser en relief":  avyapadesa, la non-énonçabilité
. émotion et émission: la déesse parole et l'ipséité


l'homme est-il "parlêtre" ou "métaréflexif" ?
les données évolutives et neurobiologiques

. comment le langage est venu à l'homme
. une folie présociale des pansynaptiques ?

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by panopteric - dans fous de l'Inde
commenter cet article

commentaires